personnes choisissent de se mettre en action!

En adhérant à la proposition de la communauté Pro-Jeune-Est, elles reconnaissent l’importance du développement social et scolaire des jeunes d’aujourd’hui et adultes de demain par un soutien à la motivation.

J’appuie la proposition!

83

Stressomètre

Outil interactif d'autorégulation du stress maintenant disponible en ligne.

 Description de l'outil:


Le stressomètre permet d’autoévaluer l’intensité de nos tensions corporelles et de nos émotions.  Il aide aussi à identifier les quatre ingrédients faisant varier notre niveau de stress. L'outil est divisé en quatre parties: les tensions, les émotions, le stress global et la CINE*. La CINE se subdivise en quatre sous-parties que nous appelons les « ingrédients » du stress :

- Contrôle (le sentiment de n'avoir aucun ou très peu de contrôle sur la situation;
- Imprévisibilité (quelque chose se produit que vous ne pouviez pas prévoir à l'avance);
- Nouveauté (lorsque vous êtes dans l'inconnu, lorsqu'un élément nouveau entre en ligne de compte);
- Ego menacé (lorsque vous sentez que vos compétences sont remises en question, lorsque votre ego est mis à l'épreuve).

* La CINE est tirée des recherches du centre d'études sur le stress humain. Voir le site»

L'évaluation de l'intensité des ingrédients du stress, des tensions, des émotions et du stress global se fait à l'aide d'une bande de marquage. Il suffit de faire glisser les bandes de marquage selon l’intensité ressentie : de faible à élevée c'est-à-dire, du jaune au rouge. Nous pouvons également employer l'échelle de 0 à 10 pour décrire l'intensité.

L'utilisation du stressomètre implique trois étapes : l’auto-évaluation, l’analyse et l’identification de pistes de solutions appelées « plans B ». Pour une meilleure compréhension de l'utilisation de l'outil interactif, vous trouverez au bas de la page une « tranche de vie » présentée avec une auto-évaluation, une analyse et différents plans B.

Accéder au stressomètre »


Tranche de vie I

Bill-bob, mon patron me demande souvent de faire des heures supplémentaires de soir ou de fin de semaine. Il peut me le demander dix fois par mois. Ça me met en colère parce que j’ai d’autres obligations à remplir au quotidien et ça me stresse parce que je me sens débordé.

Jeudi 11 octobre 2012, 17 h- Je prépare le souper et je m'affaire aux quelques corvées quotidiennes. Le téléphone sonne et l'afficheur indique : « Bill-bob ». Étreinte par une pression à la poitrine qui m'empêche de respirer normalement, j'ai pensé: « ça va encore gâcher ma soirée ». Je prends tout de même mon courage à deux mains et je décroche le combiné.

En prenant conscience de ma posture, je m'aperçois que j'ai les épaules par en avant, que mon dos est courbé et que j’ai la tête basse. Bill-bob me demande de travailler en soirée. Je prends un temps de silence en réfléchissant à toutes les choses que je dois faire. J'angoisse parce que je suis incapable de lui dire non. Son ton de voix froid, direct et impersonnel me fait sentir toute petite, voir même impuissante ! Je décide de remettre à plus tard mes autres obligations: « Je fais passer le travail en premier, après tout, je n'ai pas le choix, c'est un devoir le travail ».

En raccrochant le combiné, je suis envahie d’un mal de tête soudain et de tensions musculaires aux épaules. Je soupire en me disant que je déteste cette situation parce que je me sens obligée de dépanner. Je me sentirais coupable si je disais non. Quand j’y pense, je ne me sens pas une « bonne employée » et j’ai peur de créer un conflit. Je me demande comment Bill-bob réagirait si je lui disais non. Il serait sûrement fâché. Peut-être qu’il m’ignorerait au travail… Je finirais sans doute par perdre mon emploi. « J’aime mieux ne pas y penser. »

Ce qui me stresse aussi, c’est de ne pas pouvoir prévoir le moment des appels.  Il y a des jours où ça ne me le dit vraiment pas. Je ne suis plus
« surprise » quand le téléphone sonne pour des heures supplémentaires, mais je ne m’habitue pas non plus. Je suis plutôt exaspérée… et fatiguée !
 
J’avoue que j’ai peur et que je panique quand le téléphone sonne. Ça ne peut pas continuer, ça me rend malheureuse. - Jennaya D.

 
Auto-évaluation et analyse à l'aide du stressomètre
Dans cette section, vous trouverez la perception de mon stress global et l'identification des ingrédients faisant varier mon niveau de stress référant à la « tranche de vie I ». Les tensions et émotions ressenties sont également identifiées. En tout temps, vous pouvez vous référer au stressomètre ci-dessous, il est un exemple d'une autoévaluation possible, toujours selon la tranche de vie I.

*Conseil: Lorsque vous faites votre auto-évaluation sur le stressomètre, commencez par évaluer votre stress global. Ensuite, évaluez vos tensions et vos émotions. Terminez par la CINE.

Évaluation globale de mon stress: 7/10 (mauve)

Tensions: «mal de tête soudain et de tensions musculaires aux épaules» 9/10 (rouge)
Émotions: «j’ai peur et que je panique quand le téléphone sonne» 5/10 ( bleu)

CINE
Contrôle: «je suis incapable de lui dire non» 10/10 (rouge vif !)
Imprévisibilité: «ne pas pouvoir prévoir le moment des appels» 7/10 (mauve)
Nouveauté : «Il peut me le demander dix fois par mois» 1/10 (jaune)
Ego menacé: «Je finirais sans doute par perdre mon emploi» 6/10 (bleu foncé)



 
Plans B
Chacun de nous doit découvrir sa propre façon de gérer son stress et trouver sa porte de sortie. Il n'y a donc pas de façon universelle. Le stressomètre m'aide à prendre conscience de mon corps et de mes pensées. Il contribue à la reconnaissance de mes émotions et favorise leur évacuation. Ainsi, je suis disposée à prendre soin de moi et je peux élaborer des plans B, réalistes ou non.

Exemples de plans B selon la «tranche de vie I»

01- Dire non à Bill-bob;
02- Continuer de dire oui à Bill-bob;
03- Ne pas répondre au téléphone;
04- Déménager;
05- Me défouler sur Bill-bob à coup de poing;
06- Changer d'emploi;
07- Mettre la tête de Bill-bob dans la déchiqueteuse;
08- Parler avec Bill-bob;
09- Parler avec d'autres employés;
10- Changer de numéro de téléphone;
11- Lire sur le stress;
12- Consulter;
...

Décortiquer une situation de «stress» nous aide à voir plus clair dans nos actions et nos décisions. Évidemment, ce ne sont pas tous les plans B qui nous traversent l’esprit qui sont adéquats à la situation. Il est normal d'avoir différentes pensées. Il faut parfois avoir plus d’un plan B avant de trouver celui qui nous convient ou celui qui entraînera le résultat espéré. Persévérez, dans tous les cas l'utilisation du stressomètre est une grande étape vers la considération de son bien-être.

Dans le cas de la «tranche de vie I», Jennaya D. a choisi les plans B suivants: 01, 03 et 12.
 

 

Pour en savoir davantage, contactez Sylvie Hallé, intervenante, au 418 724-3516, poste 2423 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.